Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stage de pilotage Lamborghini Gallardo Superleggera

par essaisautos 8 Mars 2015, 21:25 Stages de pilotage

Stage de pilotage Lamborghini Gallardo Superleggera

Après La Ferrari 328, la Porsche 911 GT3, me voilà au volant d’une Lamborghini Gallardo Superleggera. Changement de voiture mais aussi changement de circuit : après Nogaro, découverte du circuit de haute Saintonge en Charente-Maritime.

Ce circuit, vallonné, au tracé rapide, va me permettre de découvrir ce monstre de puissance.

La puissance, on la sent déjà à l’extérieur : il s’agit bien d’une Lamborghini avec des lignes taillée à la serpe ! Certes, on est bien loin d’une Countach à ce niveau-là mais quand même !

Voyons un peu le pedigree de la bête : moteur V10, 40 soupapes, 5 litres de cylindrée, 530 ch, 0 à 100 km/h en 3.8 s, vitesse maxi : 315 km/h (ce que nous ne vérifierons pas…), boîte F1. Il y a de quoi être impressionné…

Ça y est, c’est mon tour ! J’essaie de m’insérer (c’est le mot…) à l’intérieur, pas simple compte tenu de l’ouverture relativement réduite et du niveau de la caisse. Positionné au ras du sol, le siège baquet est très enveloppant. Le V10 tourne déjà et même au ralenti, on sait tout de suite que l’on est dans une voiture de course…

Passage de la première avec la palette de droite, on sent une petite secousse ! Accélération réduite pour le moment… Il faut attendre la sortie des stands pour appuyer là où vous savez…

Ça y est, je peux accélérer. Je pousse la première jusqu’à 100 km/h… Le bruit du moteur est impressionnant ! Les passages de vitesse sont relativement violents !

Les virages s’enchaînent, les faux-plats apparaissent rapidement dans le rétroviseur…

Arrivée au niveau de la ligne droite des stands, je monte les rapports… Vitesse maxi atteinte : 180 km/h (la ligne droite a été coupée comme à chaque fois…). Il est temps de freiner. Le freinage m’a un peu étonné avec une sensation de « tout ou rien » : à 2 mm près, le freinage passe de quasi nul à très mordant, la voiture décélère alors à vitesse grand V !

Deuxième tour : je prends un peu plus confiance ce qui me permet de passer les virages un peu plus rapidement… Arrivé à l’un d’eux, je rétrograde trop tôt : la « sanction » ne se fait pas attendre : des flammes sortent des sorties d’échappement et le moteur gronde… Une pichenette sur la palette de droite suffit à faire rentrer les choses dans l’ordre…

Ça y est, le stage est déjà terminé, il est temps de rentrer aux stands. Dommage, j’aurais bien effectué quelques tours supplémentaires…

En résumé, c’est une superbe voiture clairement taillée pour la piste, violente, qui vous balade avec fermeté de gauche à droite au rythme des virages. Mais on ressort avec la sensation de ne pas avoir pu véritablement exploiter tout le potentiel de cette auto aux performances ahurissantes…

commentaires

Haut de page