Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

par essaisautos 4 Février 2017, 05:08 essais

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

Les véhicules électriques, voilà un domaine que je voyais de loin, sans trop m’y intéresser, avant que l’on me propose d’essayer cette Nissan Leaf. Sans tout vous dévoiler, je dois dire que j’ai été particulièrement surpris par les prestations offertes par cette véritable voiture…

 

A VIVRE

 

Alors que de nombreux constructeurs proposent des citadines en guise de véhicules électriques, Nissan va plus loin avec cette Leaf au gabarit de grande compacte (4.45 m). Les avantages sont nombreux : pouvoir emmener toute la famille dans les activités du quotidien, disposer d’un coffre confortable (à défaut d’être pratique du fait de sa forme) et surtout disposer d’une tenue de route digne de ce nom et d’un confort très appréciable. Au final, cette Leaf est une véritable voiture ! Rien à voir par exemple avec la Peugeot Ion ou la Citroën C-zéro aux dimensions de voiturettes dont le rayon d’action se limite à la ville.

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch AcentaEssai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

Extérieurement, si Nissan lui a donné un look relativement classique de profil, l’arrière volontairement futuriste est un peu lourd, au contraire de l’avant qui apporte une touche de fantaisie à l’ensemble.

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta
Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch AcentaEssai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

A l’intérieur, l’étonnement demeure. Si la console centrale façon tablette est désormais courante, le tableau de bord sur deux niveaux ainsi que l’instrumentation attirent l’œil. Ici, nul besoin de compte-tours, la place est faite à l’autonomie et aux économies d’énergie.

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch AcentaEssai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta
Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch AcentaEssai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

Un petit détail à signaler : cela devient rare, la Leaf dispose d’un lecteur de CD dissimulé derrière l’écran.

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

Cet intérieur n’a finalement qu’un seul inconvénient : les plastiques sont de qualité très moyenne.

Au quotidien, vous apprécierez la possibilité qui vous est offerte de pouvoir programmer le chauffage de l’habitacle. Il est préférable de le faire lorsque la voiture est en charge afin de ne pas diminuer son autonomie.

Au chapitre équipements, cette finition Acenta est plutôt généreuse avec notamment l’allumage automatique des feux et des essuie-glaces, le système de navigation, le régulateur/limiteur de vitesse et une pompe à chaleur qui permet d’alterner le chaud et le froid en fonction des besoins.

 

A CONDUIRE

 

La magie de l’électrique se situe principalement à deux niveaux :

  • Le silence de fonctionnement. En l’absence de moteur thermique, les seuls bruits que vous êtes susceptibles d’entendre à partir d’une certaine vitesse, ce sont les bruits d’air et les bruits de roulement. Que c’est appréciable, encore plus en ville !
  • L’absence totale d’inertie au démarrage, ce qui transforme cette paisible voiture électrique en un véritable « dragster » si vous décidez d’écraser l’accélérateur lors du passage du feu au vert. Etonnant !
Sur la Leaf, le frein "à main" se situe au pied. Un coup... "de pied" à prendre !

Sur la Leaf, le frein "à main" se situe au pied. Un coup... "de pied" à prendre !

Les 109 ch développés par le moteur électrique vous permettent de passer de 0 à 100 km/h en 11.5 s. Les reprises sont également d’un bon niveau, permettant ainsi d’effectuer des dépassements sans la moindre appréhension malgré le poids de l’engin qui dépasse les 1500 kg à vide.

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

Attention quand même à ne pas trop solliciter l’accélérateur car l’autonomie fond alors comme neige au soleil. Les 250 km annoncés par Nissan pour cette version 30 kWh sont très optimistes. En jouant le jeu pleinement, on peut atteindre les 200 km avec une seule charge mais il faut alors user du mode ECO (que l’on active à l’aide du bouton situé sur le volant) qui limite la puissance délivrée. Vous pouvez également passer le mini levier de vitesse sur le mode « B » (« Brake ») qui amplifie le frein moteur, ce qui permet de récupérer de l’énergie et ainsi augmenter (un peu) l’autonomie. Dans ce cas, attention car la décélération est brutale et peut surprendre les véhicules qui vous suivent, d’autant plus que les feux stop ne s’allument pas.

Essai Nissan Leaf 30 kWh 109 ch Acenta

Et si vous jouez le jeu de l’économie à 100 %, vous aurez le plaisir de voir un sapin se former petit à petit sur le tableau de bord, ce que je ne suis pas parvenu à faire…

L’autonomie indiquée par le tableau de bord diminue ? Il est alors temps de faire le plein… d’électricité ! Le gros avantage de cette Nissan Leaf, c’est son mode de rechargement. Il n’est pas nécessaire de disposer d’une installation spécifique chez vous, elle peut se brancher sur le secteur, où que vous soyez ! Le seul avantage de disposer d’une borne de recharge domestique, réside dans le temps de rechargement qui passe de 13 heures à seulement 5 heures. Sachez que sur une borne publique, en seulement 30 minutes, vous disposez de 80 % de charge. Il faut simplement pouvoir en trouver une à proximité car c’est malheureusement ce qui freine le développement des véhicules électriques, le réseau est encore trop limité.

Si vous garez votre Leaf à l'extérieur, une protection contre le vol est proposée par Nissan.Si vous garez votre Leaf à l'extérieur, une protection contre le vol est proposée par Nissan.

Si vous garez votre Leaf à l'extérieur, une protection contre le vol est proposée par Nissan.

A ACHETER

 

Outre cette version 30 kWh, une version inférieure de 24 kWh est proposée avec une autonomie logiquement plus faible, mais qui permet de diminuer le ticket d’entrée.

Commercialisée au prix de 33 900 € dans cette finition Acenta, elle peut paraître chère mais après déduction du bonus écologique de 6000 € (bonus 2017), elle devient plus accessible. Sachant qu’une Nissan Pulsar diesel coûte environ 25 000 € avec un niveau d’équipements à peu près équivalent, le surcoût ne s’élève finalement qu’à environ 3000 € et il sera vite amorti pour deux raisons :

  • Le coût d’entretien d’un véhicule électrique est très faible
  • Le coût énergétique est bien plus faible que celui d’un véhicule thermique

Vous pouvez également opter pour la location du véhicule ou bien en faire l’acquisition et décider de louer seulement la batterie.

Sachez également que Nissan garantie sa Leaf 3 ans ou 100 000 km pour les éléments mécaniques et va jusqu’à 5 ans pour les composants électriques. La marque garantie également la capacité de la batterie jusqu’à 8 ans ou 160 000 km.

 

EN CONCLUSION

 

Homogène, bien équipée, bien conçue, la Nissan Leaf est une véritable voiture. Son autonomie plus confortable qu’auparavant demeure cependant insuffisante pour un usage routier. Ceci dit, elle remplira pleinement son rôle de seconde voiture, en appui au véhicule principal du foyer.

commentaires

Haut de page